Les cancers gynécologiques

Les cancers gynécologiques

Sommaire

Votre parcours de soins

Généralités

Prise en charge des cancers gynécologiques

L’équipe de gynécologie prend en charge les patientes atteintes d’une maladie cancéreuse ou suspectée d’être cancéreuse. Le service est spécialisée dans les cancers du pelvis les ovaires, les trompes, le péritoine, le col de l’utérus, le corps de l’utérus (endomètre, muscle – sarcomes), le vagin ou la vulve.

La RCP
Une prise en charge pluridisciplinaire fait intervenir plusieurs médecins de diverses disciplines : oncologues médicaux, chirurgiens, oncologues radiothérapeutes, radiologues, anatomo-pathologistes, en collaboration avec les médecins de ville. Pour chaque décision, un avis pluridisciplinaire est rendu, lors de réunion de concertation pluridisciplinaire (RCP)

En savoir plus sur les RCP.

D’autres RCP (prenant en charge d’autres tumeurs non gynécologiques) peuvent parfois être sollicitées, par exemple les RCP de Pathologie Thoracique, de Pathologie Mammaire, de Pathologie Digestive ou d’Oncogénétique.

Nous assurons le diagnostic, s’il n’a pas été encore établi, et le traitement chirurgical des cancers gynécologiques, en lien principalement avec l’hôpital Saint Louis pour les traitements médicaux complémentaires (chimiothérapie, radiothérapie, curiethérapie, hormonothérapie…). Le diagnostic est basé sur l’interrogatoire, l’examen physique et le prélèvement de tissu. Il est toujours nécessaire de réaliser des examens complémentaires : bilans sanguins, échographie abdomino-pelvienne, scanner, IRM (Imagerie par Résonance Magnétique), TEP (tomodensitométrie par émission de positons), colposcopie (examen du col), hystéroscopie diagnostique ou cœlioscopie exploratrice… La nécessité de ces examens dépend des résultats des examens physiques, biologiques et du type de tumeur suspectée. Le diagnostic de certitude d’une lésion maligne est obligatoirement fait au microscope.

Le parcours de soins

Diagnostic et traitement des cancers gynécologiques

Pour certaines patientes le diagnostic n’est pas encore établi. Elles consultent à la fois pour que le diagnostic soit établi et pour être prises en charge si nécessaire. D’autres patientes connaissent déjà le diagnostic et viennent pour un traitement complet ou partiel. Une consultation « urgence pelvis » est à leur disposition.

Consultation d’urgence : 01 49 95 62 77/78

Diagnostic

Le diagnostic est basé sur l’interrogatoire, l’examen physique et prélèvement de tissu. Il est le plus souvent nécessaire de réaliser des examens complémentaires : bilans sanguins, échographie abdomino-pelvienne, scanner, IRM, TEP, colposcopie, hystéroscopie ou cœlioscopie exploratrice… La nécessité de ces examens dépend des résultats des examens cliniques, biologiques et du type de tumeur suspectée. Le diagnostic de certitude d’une lésion maligne est obligatoirement fait au microscope.

Traitement

Les décisions des modalités du traitement du cancer sont prises lors de la réunion hebdomadaire de concertation pluridisciplinaire de gynécologie. Les conclusions et propositions thérapeutiques sont transmises aux patientes par le médecin référent.


La RCPUn entretien est également proposé avec l’infirmière spécialisée en cancérologie afin de compléter les informations médicales reçues et d’orienter si nécessaire la patiente vers des soins de support.

L’infirmière en cancérologie assure un accompagnement tout au long de la prise en charge.


Lorsque le diagnostic du cancer gynécologique a déjà été posé, le traitement personnalisé peut consister en une chirurgie, une chimiothérapie, une curiethérapie et/ou une radiothérapie externe, dont l’indication, les modalités et l’ordre d’administration sont fonction du cancer traité (curiethérapie puis chirurgie par exemple), de l’extension de la maladie de l’état de santé du patient.
La prise en charge chirurgicale se déroule à l’hôpital Lariboisière :

Présentation de l’équipe de l’unité d’hospitalisation

Présentation de l’équipes du bloc opératoire

Après le traitement

Après le traitement d’un cancer gynécologique un suivi est nécessaire. Des visites auprès du médecin référent (radiothérapeute, chirurgien, oncologue médical) sont programmées à intervalles réguliers (le plus souvent tous les 4 mois, puis tous les 6 mois, puis tous les ans). Selon les antécédents personnels et/ou familiaux, et la décision de votre médecin référent,  il est possible d’être orienté en consultation d’oncogénétique.