La reconstruction mammaire, un droit inégalitaire

La reconstruction mammaire, un droit inégalitaire

Ce jeudi, la Ligue contre le cancer publie le « 4ème rapport de l’observatoire sociétal des cancers : cancer du sein, mastectomie » afin de mieux comprendre le parcours dans la maladie des femmes ayant subi une mastectomie. Conséquences psychologiques, matérielles et financières: le rapport met en lumière les principales difficultés rencontrées par ces femmes.
Cette enquête a été menée par BVA pour la Ligue Contre le cancer et réalisée auprès 992 femmes.

Or, chaque année, en France on dénombre 49 000 nouveaux cas de cancer du sein. 20 000 femmes subissent une mastectomie et on estime que 5 000 à 7 000 d’entre elles se font reconstruire le sein après une mastectomie.

Ce rapport met en lumière l’inégalité d’accès à la reconstruction mammaire, avec des restes à charge importants :

Après une mastectomie : des restes à charge importants

– 456 € en moyenne immédiatement après la mastectomie
– 256 € par an, en moyenne sans reconstruction mammaire
– 1391 € en moyenne lors d’une reconstruction mammaire

Des restes à charges qui pèsent dans le budget des femmes et de leurs familles

– 1 femme sur 2 ayant une mastectomie évoque des difficultés financières pour faire face aux restes à charge. Parmi elles, 15% ont eu recours à une aide extérieure pour couvrir ces frais.
– Les femmes ayant eu une reconstruction chirurgicale estiment que la plupart des restes à charge sont inacceptables, qu’ils s’agissent d’actes médicaux ou de soins de support.
– Pour près d’une femme sur deux, la reconstruction chirurgicale ne devrait occasionner aucun reste à charge.

La reconstruction chirurgicale : un choix personnel

– 1 femme sur 4 a choisi de ne pas avoir recours à une reconstruction chirurgicale
– Le choix d’avoir une reconstruction mammaire est fortement lié à l’âge, à la peur des opérations et à l’image corporelle que les femmes ont d’elles-mêmes.

L’hôpital Saint-Louis, le plus important centre de traitement du cancer du sein de l’Assistance Publique des Hôpitaux de Paris, dispose de deux services de chirurgie plastique, esthétique et reconstrutrice qui proposent les techniques de reconstruction les plus innovantes : DIEP…. dans des délais
brefs.
– Service de chirurgie plastique, reconstructrice et de chirurgie esthétique du Pr Revol
– Service de chirurgie plastique, reconstructrice, esthétique et traitement chirurgical des brûlés du Pr Mimoun

L’hôpital s’engage à ne pratiquer aucun dépassement d’honoraires dans le cadre d’une reconstruction mammaire après un cancer du sein