Le président François Hollande annonce un 3e plan cancer de 1,5 milliard d’euros contre les inégalités

Le président François Hollande annonce un 3e plan cancer de 1,5 milliard d’euros contre les inégalités

Le président François Hollande a annoncé mardi 4 Février que le 3e plan cancer (2014-2019) serait doté de 1,5 milliard d’euros, dont près de la moitié financeront des mesures nouvelles, en particulier pour réduire les inégalités face à cette maladie toujours première cause de mortalité en France.
Le montant financier alloué à ce 3e plan, placé sous le signe de la lutte contre les inégalités, est à peu près équivalent au précédent conduit par Nicolas Sarkozy, a précisé l’entourage du président de la République.

La lutte contre les inégalités

« Ce 3e plan s’est fixé comme ambition de donner les mêmes chances à tous partout en France » face à cette maladie, a déclaré le chef de l’Etat devant un parterre de spécialistes du secteur réunis à la Mutualité à Paris.
« Chaque année 150.000 personnes meurent du cancer, 5 millions de familles en France sont ou ont été concernées » par cette maladie qui « reste la première cause de mortalité » dans l’hexagone et face à laquelle « les inégalités »
persistent, a-t-il souligné.
Parmi les grandes mesures pour lutter contre ces inégalités, François Hollande a ainsi annoncé vouloir « doubler en cinq ans le nombre d’essais cliniques ».

Les essais cliniques

« Les essais cliniques concernent aujourd’hui 25.000 patients. L’enjeu du plan cancer, c’est de doubler en cinq ans le nombre des essais cliniques pour qu’ils concernent tous les cancers et notamment les 1.700 cancers pédiatriques et toutes les régions, notamment celles qui sont aujourd’hui les moins concernées et je pense à l’outre-mer », a-t-il indiqué.
Le dépistage systématique du cancer de l’utérus, qui « atteint aujourd’hui 3.000 femmes et provoque plus de 1.000 décès chaque année » devra selon M. Hollande être étendu à « 80% des femmes ».

La généralisation du dépistage du cancer du col de l’utérus

« La généralisation du frottis (test de dépistage, NDLR) tous les trois ans pour 80% des femmes contre 60% aujourd’hui réduira la mortalité de 30% en dix ans », a précisé le président qui a également annoncé le doublement « d’ici cinq ans » de la « couverture vaccinale » pour les jeunes filles. Le but, l' »éradication à terme » de cette maladie.

La lutte contre le tabagisme

Pour lutter contre la consommation de tabac, première cause de mortalité par cancer, M. Hollande a demandé mardi à la ministre de la Santé, Marisol Touraine, de présenter « avant l’été un programme national de réduction du tabagisme ».
Il a indiqué que les hausses du prix du tabac se poursuivraient, mais que désormais « les recettes supplémentaires abonderont un fonds dédié à la recherche, à la prévention et à la prise en charge du cancer ».
M. Hollande a souligné que le 2e plan cancer prévoyait de faire baisser de 30 à 20% le taux de fumeurs dans la population or, a-t-il noté, « il est aujourd’hui de 33% », c’est-à-dire qu' »‘il y a plus de fumeurs qu’il y a cinq ans ».
La France est le pays d’Europe qui a connu à la fois les hausses de prix « les plus fortes », mais où la consommation reste également « la plus forte ».
Le président de la République a particulièrement souligné son danger pour les jeunes. « Un jeune qui entre dans l’addiction au tabac a une chance sur deux de mourir avant 60 ans. Fumer à 17 ans c’est prendre le risque de mourir avant 60 ans, cette phrase doit être répétée partout et à tous », a-t-il lancé, annonçant une grande campagne contre cette addiction.
Le président François Hollande veut avant l’été un programme national de réduction du tabagisme