Les thérapies ciblées dans le cancer du sein

Les thérapies ciblées dans le cancer du sein

On regroupe sous cette appellation de nouveaux traitements qui sont spécifiques d’un mécanisme d’action liées aux cellules cancéreuses. Certains cancers du sein ont en quelque sorte la possibilité de sécréter leurs propres facteurs de croissance. On a mis ainsi en évidence que 15 à 20% des cancers du sein surexprimaient le récepteur d’un facteur de croissance : l’EGFR[1] et notamment l’EGFR de type 2 (il a été mis en évidence 4 récepteurs de l’EGF) également appelé CerbB2 ou HER2. Un anticorps dirigé contre ce facteur de croissance a été développé, il s’agit du trastuzumab (Herceptin®) Ce médicament associé à la chimiothérapie et éventuellement à l’hormonothérapie. Les cancers du sein qui surexpriment CerbB2 sont de croissance plus rapide et de plus mauvais pronostic que les cancers du sein « classiques ». Avec le trastuzumab associé à la chimiothérapie on supprime cet effet mauvais pronostic et on évite ainsi de nombreuses rechutes. Le trastuzumab est bien toléré, il peut, très rarement, y avoir des réactions allergiques lors de la première injection, les patientes seront pour cette raison gardées en observation pendant environ 4 heures. Le seul effet indésirable potentiellement grave connu associé à ce médicament est une diminution de la force de contraction du muscle cardiaque et notamment de la FEVG[2] . Cette diminution est généralement réversible à l’arrêt du traitement, le trastuzumab peut même être réintroduit dans la majorité des cas sans anomalie ultérieure. Si cependant une nouvelle diminution de la FEVG survenait, le médicament serait définitivement arrêté. On suit cet effet cardiaque potentiel par des scintigraphies ou échographie cardiaques tout au long du traitement. Celui-ci est administré en milieu hospitalier par perfusion intra-veineuses (par le cathéter) une fois toutes les trois semaines pendant un an. La durée optimale du traitement n’est pas connue, des essais cliniques suggèrent qu’une durée d’administration plus courte pourrait être tout aussi efficace.

De nouvelles thérapeutiques ciblées sont en développement ou en cours d’étude tels les agents anti-angiogènes (bevacizumab ou Avastin) ainsi que des bloqueurs de système enzymatiques : les anti-tyrosine kinases avec par exemple le lapatinib (Tyverb) Ces molécules sont en plein essor et de très nombreux essais thérapeutiques les étudient généralement en association avec la chimiothérapie ou l’hormonothérapie mais également entre elles.

[1] EGFR: Epidermal Growth Factor Receptor (récepteur du facteur de croissance des épithéliums)

[2] FEVG: fraction d’éjection ventriculaire gauche

les nouveaux traitements des cancers du sein qui surexpriment HER2