Protocole carcinome à cellules de Merkel IMMOMEC

Protocole carcinome à cellules de Merkel IMMOMEC

Résumé de l’étude, centre d’onco-dermatologie Hôpital Saint-Louis

Etude de phase II évaluant l’immunocytokine F16IL2 (couplant un anticorps monoclonal le F6 et une cytokine l’interleukine 2) associée au paclitaxel versus le paclitaxel seul chez les patients atteints de carcinome à cellules de Merkel avancé

L’établissement de nouvelles méthodes de traitement pour le carcinome à cellules de Merkel

À ce jour, il n’y a pas de traitement validé dans le carcinome à cellules de Merkel (MCC), une forme rare mais très agressive de cancer cutané. Ceci est particulièrement préoccupant car le taux d’incidence est en continuellement hausse et qu’il s’agit d’une forme de cancer de la peau potentiellement grave. L’objectif de l’étude IMMOMEC (« IMmune MOdulating strategies for treatment of MErkel cell Carcinoma » ou stratégies de modulation immunitaire pour le traitement du carcinome à cellules de Merkel) est de tester une méthode de traitement pour le MCC et de la caractériser en détails ses mécanismes d’action. Le projet de recherche financé par la Commission Européenne met l’accent sur le développement d’une thérapie immunitaire particulière contre cette tumeur très agressive. Ce projet d’envergure est coordonné par le Département de Dermatologie et de Vénérologie de l’Université médicale de Graz.

Le MCC est une tumeur particulièrement immunogène. En effet, la tumeur apparaît plus souvent chez les patients immunodéprimés, comme après une transplantation d’organe ou chez les patients présentant des troubles hématopoïétiques. C’est à partir de ces constations que le projet européen IMMOMEC base ses recherches afin de trouver une thérapie innovante pour ce type de cancer de la peau, basé sur une activation spécifique du système immunitaire.

11 partenaires de 8 pays

Un consortium international est impliqué sur ce projet. En plus de l’Autriche, les participants sont originaires du Danemark, d’Allemagne, d’Angleterre, de France (le service de Dermatologie de l’Hôpital Saint-Louis, Paris), d’Italie, d’Espagne et de Pologne. L’équipe de chercheurs européens de haut rang est dirigé par le Professeur Dr. Jürgen G. Becker, Département de dermatologie et de vénérologie à l’Université médicale de Graz.

«Nous essayons de mettre en place une nouvelle thérapie immunitaire, efficace pour le carcinome à cellules de Merkel. » – Jürgen Becker.

 » Notre approche est basée sur l’enrichissement spécifique en interleukine 2, facteur de croissance lymphocytaire, dans le tissu tumoral. Pour cela, nous utilisons un anticorps qui reconnaît les vaisseaux sanguins de la tumeur et s’y fixe rapidement. Ainsi, l’interleukine 2 se liant à l’anticorps, agit directement au niveau de la tumeur»,- explique le coordinateur du projet Jürgen C. Becker.
Pendant une thérapie immunitaire, le système immunitaire du patient est modifié – dans ce cas, il est activé par le facteur de croissance interleukine 2. L’interleukine 2 est produite par notre propre système immunitaire et sert à renforcer les réponses immunitaires, en particulier celles des cellules tueuses spécifiques nommées cellules T. Cette réponse immunitaire spécifique est principalement impliquée dans le contrôle et la résistance des maladies tumorales. Par exemple, le traitement du mélanome (autre type de cancer de la peau) par l’interleukine 2 classique est approuvé aux Etats-Unis, mais est effectué seulement dans quelques centres dans le monde, car une dose très élevée d’interleukine 2 classique doit être administrée. Seules de fortes doses d’IL2 administrées par voie systémique, permettent d’obtenir une concentration suffisante de facteur de croissance lymphocytaire T dans la tumeur et obtenir l’effet immunostimulant. En utilisant l’approche choisie par IMMOMEC, de plus petites quantités d’interleukine 2 sont nécessaires car elle se concentre directement dans la tumeur. Par conséquent, il le traitement devrait être mieux toléré et plus spécifique.

Dans ce projet européen de thérapie ciblée sur le MCC nous évaluons non seulement la réponse clinique, mais aussi les réponses immunitaires spontanées et renforcée par la thérapie. Ainsi, le MCC sert de « modèle » pour d’autres tumeurs solides et permet de tirer des conclusions sur la pertinence de l’immunothérapie dans le traitement du cancer en général. Dans ce projet, les biomarqueurs prédictifs et pronostiques spécifiques seront établis dans le but de proposer une stratégie d’immunothérapie individualisée.

Faits et chiffres

Coût total du projet: 7,4 M €
Durée: 4 ans
Début du projet : 1 Janvier, 2012
Partenaires du projet: 9 établissements universitaires et 2 partenaires de l’industrie provenant de 8 pays
Objectif: recherche de nouvelles méthodes de traitement immunologique pour le carcinome à cellules de Merkel

Qu’est ce qu’un carcinome à cellules de Merkel?

Le MCC est une forme très agressive de cancer de la peau. Avec une fréquence observée de 0,44 cas pour 100.000 habitants par an, il est en fait assez rare, mais l’incidence a augmentée de façon alarmante au cours des 10 dernières années. Les personnes âgées sont particulièrement touchées avec un âge moyen d’apparition de 70 ans. Cependant, la tendance montre qu’il y a de plus en plus de malades et qu’ils sont de plus en plus jeunes.

Objectifs

I. Mettre en place une thérapie efficace pour le carcinome à cellules de Merkel évaluée dans un essai randomisé de phase II clinique multicentrique
II. Établir la faisabilité d’immunothérapie efficace dans les cancers solides
III. Identification et caractérisation d’épitopes spécifiques du MCC au niveau des cellules T immunodominantes-HLA-restreinte pour surveiller l’effet de modulation immunitaire et à développer des thérapies spécifiques
IV. Identification de biomarqueurs pronostiques et prédictifs, c’est à dire recherche de marqueurs prédisant l’évolution de la maladie aussi que le type de réponse au traitement de MCC.
V. Mettre en place un réseau européen pour la recherche et le traitement de MCC

Partenaires

Université médicale de Graz, en Autriche
Philogen S.p.A., Sienne, Italie
immatics biotechnologies GmbH, Tübingen, Allemagne
Université Herlev de Copenhague (Région Hovedstaden, Hillerod), le Danemark
Assistance Publique-Hôpitaux de Paris, Hôpital Saint-Louis, France
Fundació Privada Clínic par un Recerca la Biomedica, Espagne
Charité – Universitätsmedizin Berlin, Allemagne
Eberhard Karls Universität Tübingen, Allemagne
L’Université de Nottingham, en Angleterre
Hôpital universitaire d’Essen, en Allemagne
Maria Sklodowska-Curie Memorial Cancer Center et l’Institut d’oncologie, Varsovie, Pologne

Coordinateur IMMOMEC-Project

Univ.-Prof. Dr. Dr. Jürgen Becker C.
Département de dermatologie et de vénéréologie
Université médicale de Graz
Auenbruggerplatz 2
8036 Graz, AUTRICHE
juergen.becker @ medunigraz.at
tél.: 0043 (0) 316/385 12538